Sélectionner une page

Même si la souscription à un contrat d’assurance vie auprès d’un assureur présente un caractère optionnel en suisse, comme dans plusieurs pays dans le monde, le souscripteur à cet investissement au niveau de la prévoyance financière sous-estime souvent l’importance de ce placement qui prévoit bon nombre de risques qui peuvent être couverts. La définition, les avantages et les principales raisons en particulier au niveau de la fiscalité pour lesquelles l’assurance vie demeure essentielle dans la gestion financière, parlons-en. :

Généralités sur la notion d’assurance vie

D’une manière générale, lorsqu’on parle de la gestion d’une assurance vie, cela nous renvoie directement aux types de contrat d’assurances qui couvrent tous sinistres liés aux décès, aux invalidités ou tout simplement à la vieillesse et à l’incapacité dans le futur, à exercer un emploi. Dans ce dernier cas, on peut parler d’une retraite. On peut facilement comparer l’assurance vie à un compte épargne, car le principe de l’offre et la gestion reste le même sauf que les privilèges en matière fiscale sont bien plus intéressants. L’idée reste de réaliser quelques versements ou placement de façon régulière auprès de son assureur, dont le montant de versement peut varier, et ce en vue de créer un capital qui sera reversé au souscripteur sous contrat d’assurance vie qui devient bénéficiaire en temps voulu. La gestion des versements en question et de son montant reste intégralement confiée au souscripteur. En d’autres termes, le souscripteur peut décider à tout moment du montant des versements pour son placement en vue de gonfler le capital de son assurance vie auprès de son assureur, il peut se décider pour un ou plusieurs contrats. Par ailleurs, il est possible en suisse de souscrire à une offre de contrat d’assurance vie dès l’âge minimum de 16 ans. Et il n’est jamais trop tôt pour cet investissement financier.

Les offres en assurances vies couvrent majoritairement les incidents liés à l’incapacité de travailler ou d’exercer et permettent aux jeunes adultes suisses et les membres de leur famille proche de rester couverts en cas de sinistres et de risque. On peut citer par exemple les handicaps suite à un accident, ou encore une maladie grave. Le principe reste plus ou moins le même en cas de décès du souscripteur au contrat d’assurance vie. Si le souscripteur venait à décéder, la famille bénéficiaire pourra recourir à cette assurance pour dédommagement, afin que les membres de la famille puissent dans un sens, amortir le chagrin, mais surtout subvenir aux besoins financiers que leur cher défunt prenait en charge jadis, en percevant un certain montant convenu dans le contrat d’assurance vie en fonction du placement financier réalisé suivant un certain taux.

Si l’on devait citer 4 bonnes raisons de souscrire à un contrat d’assurance vie : 

  • S’attribuer une sécurité financière pour soi-même et/ou pour ses proches
  • Placements sûrs avec une fiscalité très intéressante
  • Se constituer une réserve financière dont on préserve une totale liberté au niveau de la gestion de son argent. Dans les coups durs ou dans les grandes idées d’investissement, cet argent peut être essentiel.
  • Percevoir la rente d’assurance une fois à la retraite, ce qui permet amplement de garder le même niveau de vie financier, et ce, à perpétuité jusqu’au décès.

Ces 3 bonnes raisons et avantages sont regroupés dans les offres de souscription à un contrat d’assurance vie complet. Mais il reste tout de même possible d’adapter son assurance vie à sa situation, de façon beaucoup plus spécifique, d’où l’importance de savoir choisir son assurance vie.  

Comment bien choisir son assurance vie ?

Il faut avant tout savoir qu’il existe plusieurs types et offres d’assurances vie, chacune prévues pour certaines spécificités. Et la question essentielle sur le choix de son assurance vie se pose souvent pour tout souscripteur. Il faut donc différencier deux catégories principales d’assurances vie : l’assurance vie de risques purs prévue essentiellement pour les décès, et l’assurance risque mixte qui intervient essentiellement dans l’épargne et la prévoyance pour le jour où le souscripteur ne sera plus apte à travailler. 

L’assurance vie de risque pur pour la sécurité financière de vos proches 

Ce type d’assurance vie stipule qu’en cas de décès du souscripteur, une liste de personnes dites proches pourra bénéficier du capital de son assurance vie. Mais attention, le libre choix des bénéficiaires de son assurance vie n’est pas toujours évident et reste soumis à certaines conditions dont il faudra discuter avec votre conseiller financier. En résumé, si l’assuré souscrit au pilier 3A dont le taux de retour sur placement s’avère en général plus élevé, la loi prévoit d’ores et déjà la liste des bénéficiaires dans un ordre de priorité bien précis, allant du conjoint aux descendants et autres personnes liés par le sang. Par contre, si l’assuré choisit le pilier 3B, il pourra désigner qui il veut en tant que bénéficiaire.  

Le capital, le taux, ainsi que son versement le moment venu se définit précisément lors de la souscription sous contrat d’assurance vie selon l’offre. Il peut s’agir du versement d’un montant constant tout comme le versement d’une somme décroissante au fil des années. La situation varie en fonction de ce qui aura été convenu lors de la souscription au contrat d’assurance. Rappelons que les sommes versées pour placement prévoit une libre gestion de la part du souscripteur.

L’assurance vie risque-mixte, un plan d’épargne pour rendement et retraite

Ce plan financier permet à l’assuré de bénéficier d’une rente d’assurance minimale lorsque ce dernier sera à la retraite. Selon les différentes offres, vous pourrez même aller jusqu’à bénéficier d’une coquette somme, qui dépendra avant tout des sommes versées et du type de placement choisi suivant le taux, jusqu’au jour de votre décès. Le meilleur moyen pour assurer sa retraite et garder son niveau de vie. 

Le second avantage réside dans la possibilité de réclamer à tout moment le capital investi. Mais il faut savoir que cette épargne ne peut pas être utilisée comme bon nous semble. Encore une fois, tout dépend du pilier et de l’offre. Dans le cas d’une souscription au pilier lié ou 3a, le capital ne pourra être débloqué qu’à partir d’un certain âge, environ 5 ans avant la retraite légale au plus tôt sauf dans quelques cas ou motifs exceptionnels : achat immobilier, entrepreneuriat et expatriation.   

D’une manière générale, le choix du contrat d’assurance vie dépend uniquement de votre situation, de vos projets, de vos besoins et moyens financiers ou encore de vos plus grosses craintes. Il n’y a pas de chemin tout tracé face à une situation donnée, raison pour laquelle la plupart des souscripteurs font appel à un spécialiste dans le domaine avant de se soumettre à un contrat d’assurance vie. La Suisse regorge de plusieurs prestataires en assurances vie dévoués qui sont prêts à vous accompagner dans les démarches, à vous conseiller en tout point face à votre situation en tant qu’assureur expert. Il suffira de leur faire part de votre situation professionnelle et financière de façon globale pour obtenir les meilleurs conseils de la part des assureurs en cas d’incapacité de gain ou pour couvrir la famille en cas de décès. À savoir qu’il est aussi très important de vérifier sa situation de prévoyance avec l’assureur en question, car dans le cas où cette dernière présenterait des lacunes, cela devra influencer grandement votre choix d’assurance vie.