Sélectionner une page

Choisir le type de contrat d’assurance auquel souscrire à terme reste un choix difficile et capital. Il le serait même plus que le fait de choisir son assureur ou la compagnie d’assurance (« insurance companies » en anglais) auprès de laquelle on va conclure notre contrat à long terme. Ce dilemme relatif au choix de l’assurance n’a jamais été aussi prononcé qu’en ce qui concerne la décision de conclure un contrat d’assurance vie (life insurance) ou un contrat d’assurance décès. Pour les connaisseurs, ces deux types de contrats, pris individuellement, présentent respectivement des avantages et intérêts, que ce soit pour le souscripteur ou le bénéficiaire. Cependant, l’un ne peut se substituer à l’autre. La difficulté réside donc dans la détermination de la formule stipulée dans le contrat d’assurance qui convient le mieux à notre situation et qui présente une meilleure garantie. C’est par rapport à cette réalité que le contrat d’assurance vie mixte se présente comme la solution idéale pour le souscripteur en vue d’éviter de faire des concessions. 

Le contrat d’assurance vie mixte permet au souscripteur de combiner les garanties qui découlent des deux contrats : celui de l’assurance vie proprement dite et celui de l’assurance décès. Les spécificités de cette assurance vie mixte méritent toutefois d’être clairement identifiées. Pour résumer, elle consiste à faire profiter le souscripteur de toute garantie retrouvée dans l’assurance vie d’un côté et l’assurance décès d’un autre. C’est ce qui la diffère principalement des autres contrats d’assurance.

Assurance vie mixte, une assurance constitutive de capital

Pour information, l’assurance vie mixte entre dans la catégorie des contrats d’assurances vie constitutives de capital à long terme. Cela signifie que le souscripteur, en plus de se protéger contre les risques qui pourraient impacter sa vie ou son revenu, se constitue un capital grâce aux primes qui font l’objet de versements successifs dans le cadre du contrat. Il s’agit donc d’une forme de placement avec intérêts grâce à laquelle le souscripteur est en quelque sorte toujours gagnant, peu importe le scénario qui survient lorsque la date à terme du contrat survient. C’est pour cela qu’on parle de garantie, et cela pour toute la durée du contrat. Même lorsque le souscripteur décède, il disposera du droit d’attribuer cette assurance et cette forme de protection à ses proches. Cependant comme il s’agit d’un capital réel, il peut être frappé d’impôt sur la somme même si le taux s’avère particulier. C’est pourquoi il est important de bien se renseigner sur le taux d’imposition appliqué sur ce type de contrat d’assurance. Comme il diffère selon les cantons, la somme à payer pour constituer le capital diffère aussi. On devra aussi se référer aux taux appliqués dans le cadre de la société “europa life insurance”, dont l’information se trouve sur internet.

Autre information, le rachat des primes est à rajouter dans la liste des décisions présentant des intérêts certains. En effet, en effectuant le rachat desdites primes, on peut corriger les lacunes qui pourraient faire que la somme de ces primes ne soient pas suffisantes à la date d’échéance du contrat.

Cette possibilité offerte par ce type de contrat la diffère principalement des contrats d’assurance vie purs et simples ou le contrat d’assurance décès. C’est la raison pour laquelle l’assurance vie mixte reste l’une des formes de contrat les plus populaires à date et qu’elle attire plus de souscripteurs auprès des assureurs, particulier ou société.

Mais comment ça se passe concrètement ? Comment le fait d’être souscripteur d’une assurance vie mixte se manifeste-t-il quand un événement couvert par le risque survient ? Quelles sont les obligations à remplir par le souscripteur auprès de l’assureur pour que ce contrat soit valable?

Information sur les conditions à remplir pour pouvoir profiter d’une assurance vie mixte

Étant donné que les polices d’assurance sont donc, par nature, ni plus ni moins des contrats, ils traduisent des accords et une entente à long terme entre les deux parties : le souscripteur et l’assureur. En ce sens, ils correspondent à une entente librement consentie par ces derniers et dont ils ont concrètement formulé l’approbation par la conclusion du contrat, quelle que soit la durée convenue et dont l’étape finale est matérialisée par la signature. Le contrat d’assurance est majoritairement effectif à la date de signature et chacun des parti peut faire valoir son droit. 

Cela n’empêche pas la possibilité de procéder à quelques négociations préalables, mais une fois que chacun des partis aura été satisfait par les clauses du contrat d’assurance et aura signé celui-ci, nul n’aura le droit d’esquiver leurs engagements. Le premier d’entre eux est celui qui vise à constituer un capital ou une épargne à travers le versement dont la somme peut être discutée. Rappelons qu’il existe actuellement plusieurs procédures permettant entre autres de régler les primes d’assurance : le versement peut se faire en ligne. Bien sûr, ce versement en ligne diffère sur certains points de la méthode classique, mais en principe, la somme versée restera le même. Cette opération se montre plus pratique et rapide, notamment pour une société et lorsque les délais à terme ou la date butoir se rapprochent. Pour information, la sécurité des transactions est 100% garantie grâce à l’utilisation systématique d’un code de confirmation. Ce code de confirmation reste confidentiel et constitue une information clé pour le souscripteur ou client en cas de perte de mot de passe ou autres inconvénients.